La Garde – 29 juillet 2019

Lundi 29 juillet, la ville de La Garde (située dans le sud de la France) organise un concert gratuit en plein air, Place de la République, où Kim et sa bande se produisent à 21h30. Cet événement est l’unique concert en France pour 2019, puisque la tournée française de janvier a été annulée à cause du promoteur Warrior Production (qui ne nous a d’ailleurs toujours pas remboursé, nous les fans).

À noter que l’événement a été annoncé le 26 février dernier alors que nous venions, avec mon mari, tout juste de réserver nos vacances d’été à Sainte-Maxime, jusqu’au 27 juillet. La ville de La Garde se trouvant à 75 kms, je n’ai pas eu trop de mal à convaincre mon mari de rajouter 3 nuits de plus, dont 2 dans un superbe hôtel à Fréjus, et 1 à La Garde.

Nous arrivons donc à La Garde en tout début d’après-midi. De suite, nous repérons les lieux pour le concert, à savoir la Place de la République, où il n’y a même pas une dizaine de fans.

La scène est déjà montée, et les régisseurs s’activent à mettre en place tout le matériel : sono, lumières, barrières, etc… les instruments des musiciens de Kim sont là, encore stockés dans un petit camion réfrigéré !!! La scène est ouverte sur les côtés, et en fond on peut voir le magnifique bâtiment de l’Hôtel de Ville, avec un drapeau Français qui flotte dessus. Il y a aussi un grand écran qui se trouve à gauche, sur une petite place avoisinante.

Nous allons à la Mairie, car je dois récupérer une affiche de Kim. L’agente d’accueil (Myriam), très sympathique, nous confie que Kim est déjà passée en Mairie en fin de matinée, et qu’elle est repartie à son hôtel. Elle est fière de nous montrer les photos qu’elle a pu prendre, et elle me les transfère via mon téléphone portable.

Nous partons ensuite déposer nos bagages à l’hôtel, et dans l’optique de profiter de la piscine nous envisageons d’y rester une petite heure… mais vers 15h00, mon ami Ben (et grand fan de Kim) qui est sur place depuis 14h00 avec son fils et sa copine, m’envoie un message m’informant qu’ils ont croisé toute la bande sauf Kim… la pression commence a monter : il faut que j’y aille, je ne peux pas attendre ici… je ne veux pas manquer les balances, Kim, et tout le reste !

Je me prépare donc : j’enfile mon tee-shirt à l’effigie de l’album « Here come the aliens » (que j’ai acheté lors du concert de La Cigale, à Paris, en mai 2018), je me maquille rapidement, me recoiffe, et rassemble en vrac appareil photo, portable, batterie de secours, stylos, le dernier album (au cas où je pourrais avoir un autographe de ma belle Kim), bouteille d’eau, chaussures à talon (que j’enfilerai si besoin si je ne vois pas bien). Le stress est bel et bien là…

Il est 15h30 lorsque j’arrive sur place, je rejoins Ben. Il  y a également mes ami(e)s Lionel et Vincent (grands fans Belges) avec une de leurs amies (dont je ne connais pas le nom), Cyril, Christine et sa marraine, et quelques autres personnes (dont j’ignore également le nom).  Nous sommes tout devant, et nous échangeons sur Kim bien sûr. Mon mari me laisse alors avec mes amis, il préfère visiter la ville car il ne veut pas passer l’après-midi et la soirée à attendre debout, mais bon tout va bien puisqu’il me sait en sécurité !!!

Vers 16h00, les musiciens de Kim passent près de nous, et je me précipite vers Ricky qui est avec sa femme Mandy, pour l’embrasser amicalement. Ils se dirigent vers la scène, et commencent alors les balances : nous avons d’abord droit à des versions instrumentales. Puis, Scarlett les rejoint enfin quelques dizaines de minutes plus tard, pour tester le micro de Kim (qui n’aura pas montré le bout de son nez).

Après 1 heure de répétitions, où le son était déjà très bon (et fort), les musiciens quittent la scène pour rentrer je suppose se changer à l’hôtel.

L’après-midi se passe doucement, on compte les heures… on parle toujours de Kim ! Heureusement, la canicule est passée, il fait encore chaud mais c’est supportable, et la place est ornée de magnifiques arbres, ce qui nous permet même d’avoir un peu d’ombre.

Vers 18h30, mon mari me rejoint, il m’a acheté des Chichi. Je n’ai pas mangé à midi, mais je n’ai pas faim, car les concerts de Kim me coupent en général l’appétit. Je lui propose tout de même de faire un tour, afin de me dégourdir un peu les jambes. Je laisse toutes mes affaires auprès de mes amis, qui me gardent gentiment ma place. On se ballade un peu, puis je décide de passer devant l’entrée de la mairie qui se situe à droite de la place. Il y a plusieurs policiers municipaux, un petit groupe de fans avec pochettes de disque et photos de Kim à la main, cela m’interpelle !!! J’insiste pour rester un peu… et je fais bien, car à peine quelques minutes plus tard une Mercedes noire se gare : Sean J. Vincent, le manager de Kim qui était assis à l’arrière en sort, et ouvre la porte à Kim. Je suis soudain prise de panique, n’ayant pas de stylo, ni album, ni même un bout de papier. Elle sort, elle est belle, élégante, souriante… et elle est encore habillée comme sur la photo que m’a montrée l’agente d’accueil de la mairie. Elle est escortée également par un grand costaud qui ne veut pas qu’on l’approche, mais Kim, toujours adorable et abordable lorsqu’il n’y a pas foule, s’arrête et répond aux demandes de ce petit groupe. Je me faufile alors, et à défaut de rien d’autre je lui tends le bras gauche et lui demande un autographe. Elle signe, me regarde, me reconnaît, on échange 2-3 mots, puis elle entre dans la mairie. Je suis aux anges et fière aussi, même si je sais que mon autographe sera éphémère. À ce moment mon mari me dit qu’il a tout filmé, sauf que bien plus tard après le concert, il m’avouera timidement qu’il n’a pas appuyé sur le bon bouton. Grrr, j’ai envie de crier ma déception !!!

Je retourne rejoindre mes ami(e)s pour leur faire voir mon nouveau tatouage, et leur dire que j’ai vu Kim. Bien sûr, j’aurais voulu qu’ils soient là aussi, et les prévenir à temps mais cela va tellement vite que c’était sans doute peine perdue.

Il reste encore plus de 2h30 avant que le concert ne commence, et il n’y a toujours pas foule sur la place !!! Je n’ai toujours pas faim. On parle toujours de Kim.

Un barriérage important a entre-temps été mis en place avec des forces de l’ordre à chaque entrée/sortie. Toutes les personnes qui veulent accéder à la place sont désormais fouillées, ce qui n’a pourtant pas été notre cas en arrivant dans l’après-midi…

Enfin l’heure du concert approche !!! La place s’est littéralement remplie en très peu de temps. Il y a des fans, mais surtout beaucoup de touristes français et étrangers, et bien sûr de nombreux Gardéens. (On a eu les chiffres le lendemain dans la presse locale, mais ce qui est sûr c’est qu’il y avait foule pour l’occasion, certains journaux parlant de 6000 personnes, d’autres comme Var-Matin mentionnant jusqu’à 10000 spectateurs).

Il est 21h30 pile lorsque les premières notes de musique du titre Stereo shot retentissent, et il ne fait pas complètement nuit. Une fumée se propage sur la scène, les musiciens se positionnent sous les applaudissements du public puis, 2-3 minutes plus tard, c’est la déesse du Rock qui fait son entrée sous un tonnerre d’applaudissement. L’adrénaline monte rapidement !!!

Aussitôt elle commence à chanter, elle est resplendissante, envoûtante, j’ai le cœur qui bat très très fort !!! Elle est vêtue tout de noir : un blouson en cuir très court, avec de longues franges sur les bras (qu’elle portait dernièrement sur les festivals), son éternel corset, un pantalon moulant, des petites bottines sympas, ornées de petits clous ronds argentés, un gant sur la main gauche, sur lequel on peut lire « Wilde » écrit en strass. Le son et lumières sont vraiment parfaits. L’ambiance monte dès les premières notes de Water on glass, qui est suivi de Never trust a stranger, et Kandy Krush. 

Kim fait une première pause pour nous saluer, elle remercie la Ville de La Garde pour l’organisation du concert, puis nous d’être là… elle explique (un peu en français, mais surtout en anglais) qu’elle va chanter des anciens titres bien sûr, mais aussi des chansons plus nouvelles tirées de son album « Here come the aliens ».

Puis les premières notes de Cambodia retentissent, et on reprend tous en cœur le refrain « who oh oh ». C’est merveilleux, quelle ambiance de folie !

Kim a déjà conquit tout le public (même ceux qui ne la connaissait pas), et on sent qu’elle est émue, heureuse de voir qu’elle est toujours très appréciée en France. Elle poursuit avec Birthday, puis Yours til’ the end (2 chansons issues du dernier album).

Elle fait un break à nouveau pour nous parler de son tout premier album live qui sortira le 16 août prochain. L’ambiance dans le public repart de plus belle avec The second time et Words fell down. Le calme revient lorsqu’elle interprète la ballade Bladerunner (où elle porte des lunettes lumineuses) et Rosetta (chanson issue du dernier album également).

Kim s’adresse encore au public, et nous parle cette fois-ci d’une vision étrange qu’elle a eu dans son jardin il y a quelques années, d’où le concept de son album sur les ovnis. Puis elle présente le prochain titre, nous demande qui aime la pop music, puis dit qu’elle va chanter une chanson pop music avec son frère Ricky pour nous tous ici. Ils interprètent donc Pop don’t stop (on peut ressentir la forte complicité qu’ils ont tous les deux depuis tout ce temps !!!).

Elle présente ensuite View from a bridge sur laquelle tout le monde se déchaînent, tout comme elle et ses musiciens et puis c’est la même chose sur Chequered love. Ils se déplacent sur toute la scène en sautant, s’amusant, ils jouent avec le public, sans oublier ceux qui sont présents sur les deux côtés de la scène. À plusieurs reprises Kim leur demande si ça va.

Quand la musique s’arrête, Kim présente son incroyable groupe : Neil Jones à la guitare solo, Jonathan Atkinson à la première batterie, Paul Cooper à la basse, Steve Power aux claviers, Emily Dolan-Davies à la seconde batterie, Scarlett Wilde (sa nièce) aux chœurs, et bien sûr son frère à la guitare rythmique.

Puis elle nous remercie du fait, que Cambodia s’est vendu à l’époque à plus d’un million de 45 tours rien que dans notre pays, ce qui est un record de vente chez nous tout à fait inédit pour elle (et jamais égalé depuis), puis elle annonce qu’elle va interpréter You came rien que pour la France. L’ambiance repart de plus belle, tout le monde l’accompagne en chantant, en frappant dans les mains et ça continue à l’identique sur You keep me hangin’ on. Puis Kim et sa bande nous remercient, nous disent au revoir et à bientôt, et quittent la scène… c’est déjà le moment des rappels !!!

Le public les acclame très fort pour qu’ils reviennent… et après seulement 2-3 minutes, Kim et ses musiciens remontent sur scène pour interpréter 2 derniers titres dont You spin me round (reprise endiablée du groupe Dead or alive). Kim porte alors un petit chapeau noir, et agite un boa en plume rouge autour d’elle façon cabaret. Enfin, les lumières se baissent et les premières notes de Kids in America retentissent, tout le public ainsi que Kim et sa bande se déchaînent une dernière fois, et mettent le feu sur scène. Il y a une ambiance d’enfer également dans toute la Place de la République, qui n’avait sans doute jamais connu cela auparavant. C’est le final !!! Kim nous salue à nouveau, pour de vrai cette fois, elle nous remercie chaleureusement et nous dit à bientôt, allant jusqu’à nous faire un cœur avec ses mains, puis ses musiciens se rejoignent autour d’elle pour nous saluer tous ensemble. Ils quittent finalement la scène, en nous faisant tous un signe de la main.

C’est triste, c’est déjà fini, on en voudrait encore !!! Ils sont tous tellement généreux et attentionnés avec le public, ils étaient comme d’habitude au top… du grand Kim Wilde. Et puis un concert en plein air, ça change, et j’ai mieux apprécié la température que lors du dernier concert à La Cigale, en mai 2018, où il faisait une chaleur atroce dans cette salle mythique (mais curieusement non ventilée). À voir les visages autour de moi, je crois que le public tout entier a été séduit…

Voilà, il est temps de quitter cette belle place, de dire au revoir à mes ami(e)s fans, et éventuellement penser à manger un petit bout. Il est 23h00, mais heureusement le snack est resté ouvert pour l’occasion. Nos amis Jean-Paul et Mark, qui nous ont rejoints plus tard dans la journée (et qui sont dans le même hôtel que nous), viennent nous rejoindre pour manger et on parle ensemble de cette superbe soirée.

Sur le chemin du retour, nous passons derrière la mairie et nous apercevons alors une petite foule de fans (facilement 50 personnes quand même) qui attendent massés devant la porte de service, bien encadrés par les policiers municipaux (tous réquisitionnés pour l’occasion). Kim n’est donc pas encore repartie de La Garde, mais vu l’heure tardive ça ne devrait plus tarder, car elle a un autre concert prévu dès le lendemain, et on constate d’ailleurs que les moteurs des 3 vans qui doivent la ramener, elle et ses musiciens à leur hôtel de Fréjus, sont déjà allumés. Nous décidons tous d’attendre également. Les garçons sortent les premiers : Steve, suivi par Jonathan, Paul, et Neil, qui se dirigent rapidement vers un des vans, certains musiciens traînant avec eux leurs valises. Ils prennent plus ou moins le temps de faire quelques selfies avec les fans encore présents. J’interpelle Steve, une coupe de champagne à la main, me reconnaissant il vient vers moi, on s’embrasse, et échangeons rapidement quelques mots. Puis Ricky sort à son tour, avec également une coupe de champagne, on s’embrasse et échangeons aussi… et au bout de quelques petites minutes seulement, il monte dans un taxi avec Mandy. C’est ensuite au tour de Scarlett de quitter la mairie, et même chose, on s’embrasse puis nous échangeons, et presque simultanément c’est Emily qui sort, tout de suite accaparée pour quelques photos (auxquelles elle se pliera de bonne grâce). J’ai à peine eu le temps de lui parler, que Kim escortée de près par la police municipale, sort à son tour et monte directement dans un des vans. Elle est assise sur la banquette arrière  droite, je peux l’apercevoir à travers la vitre fumée. Elle nous fait signe qu’elle nous aime. Je lui envoie des baisers. Mais bientôt son véhicule démarre, suivi des autres.

Cette fois, c’est bel et bien fini. Je rentre donc à l’hôtel la tête plein de souvenirs merveilleux. Merci à ma bonne étoile de m’avoir gâtée encore aujourd’hui, puis merci à mon mari-chéri pour sa patience dans ces cas là…

Merci beaucoup à la Ville de La Garde d’avoir invitée notre Love Blonde et sa bande, et de nous avoir fait profiter de ce concert fabuleux, gratuitement qui plus est !!!

Et merci aussi à mes ami(e)s fans pour le partage de leurs photos et en particulier à mon ami Ben pour son aide à la correction de ce résumé 🙂